cake_ch_taigne3

Il y des jours détestables, comme celui qui avait pourtant si bien commencé mais qui s'est terminé lamentablement, allez comprendre, avec la voiture (prêtée par votre maman bien entendu, sinon c'est pas marrant) retournée au beau milieu d'une artère très passagère, le cou en compote et le dos coincé. Ce qui, couplé avec une bonne grippe pour ne pas faire les choses à moitié, vous cloue chez vous pour les jours qui suivent, sans compter que votre look s'en trouve brutalement revisité façon femme girafe. Du coup, en plus d'avoir l'appétit coupé, vous êtes dans l'impossibilité de rester debout à un plan de travail ou devant la cuisinière, et passer des heures devant un ordinateur n'est pas recommandé non plus. Et on fait quoi, alors, de ses journées? Pas de cuisine, pas d'internet, pas de balade, pas de travail, pas de courses, la lecture vous fatigue... Bonne année, bonne santé, qu'ils disaient! Mais en fin de compte, au vu des conséquences possibles, vous vous dites que les dieux de la route ne vous ont pas totalement laissée tomber, malgré tout.
Cela dit, c'est assez infaillible pour faire subitement régner un ordre étonnant sur les planches dévalisées du congélateur. La petite boîte que vous repoussiez régulièrement tout au fond afin de vous en préoccuper une autre fois, parce que la préparation non identifiée et à la couleur douteuse qu'elle contient ne parvient jamais à vous tenter, ni à vous intriguer suffisamment pour vous pousser à le décongeler, revêt au fil des jours un intérêt croissant (des champignons en purée d'après le goût. Quand, comment, pourquoi?).
cake_ch_taigne1_1Il y a, d'autre part, des jours étonnants, comme celui qui avait pourtant si mal commencé par une réunion au petit matin et un projet très en retard mais d'une extrême importance à finaliser de toute urgence sous peine de conséquences effrayantes et désastreuses sur la suite de votre recherche, mais qui ne font que s'améliorer au fil des heures. Ainsi, sans crier gare, une personne à qui vous avez rendu service l'automne passé vous fait la très gentille surprise d'un bon-cadeau dans un magasin de vêtements du quartier - alors même que vous aviez résolu de bouder les soldes pour cause de véhicule à remplacer. Tout de suite, la journée est moins grise. Et puis, vous finissez la journée par un petit épisode digne d'Amélie Poulain. Voilà comment tout a commencé: depuis plusieurs semaines, je vois dans l'escalier qui mène à mon appartement une boîte en métal vert, posée sur une marche entre le deuxième et le troisième étage (oui, je prends les escaliers; c'est à peu près mon seul sport de la journée, et j'y tiens!), et qui reste là abandonnée. Ce dimanche, j'ai finalement cédé à la curiosité et je l'ai remontée chez moi pour voir ce qu'elle contenait. Après examen du contenu et contact de la propriétaire, il s'avère que c'est la caisse d'une exposante du marché de Noël, qui contenait toute sa recette et à qui on l'avait volée voici 6 semaines. Bien sûr, plus l'ombre d'un centime, mais elle était malgré tout ravie de retrouver ses carnets de vente, diverses clés et autres petits effets personnels. Comment cette caisse s'est retrouvée dans mon escalier, c'est bien mystérieux, mais la propriétaire était si contente que je l'aie contactée qu'elle m'a offert un superbe bougeoir rond en pierre, qu'elle a poli elle-même (comme ceux qu'elle vendait à ce fameux marché de Noël). La curiosité n'est donc pas qu'un vilain défaut...
Et si pour couronner le tout, c'est la journée que vous avez choisie pour réaliser le beau cake à la farine de châtaigne, miel et fruits secs de Laurence Salomon, cette fameuse journée qui avait pourtant si mal commencé est définitivement rattrapée! C'est un gâteau tout doux, tout tendre et pas sec du tout, moitié farine de châtaigne moitié farine d'épeautre, ce qui lui donne un côté un peu rustique; sucré au miel, aux figues et aux abricots secs, avec juste quelques noisettes pour le croquant.
Voici la recette telle que je l'ai réalisée, un peu différente de l'originale qui demandait des dattes Medjool, de la farine de blé T80 et du lait de vache entier, ainsi que de l'huile de tournesol spéciale cuisson.

cake_ch_taigne_2

Ingrédients: pour un cake (au moins 8 belles tranches)

150 g de farine de châtaigne
150 g de farine d'épeautre complète
1/2 c.c. de levure chimique
1/2 c.c. de cannelle (je l'ai oubliée)
4 belles c.s. de miel de montagne
250 ml de lait de soja
2 oeufs
5 figues sèches
5 beaux abricots secs
1 petite poignée de noisettes
2 c.s. d'huile d'olive

Préparation:

Tamiser les deux farines et la levure chimique dans un saladier. Faire tout doucement chauffer le lait de soja avec le miel jusqu'à ce que celui-ci soit fondu, puis verser sur la farine en mélangeant pour éviter les grumeaux. Séparer les blancs des jaunes, mélanger les jaunes à la préparation précédente et réserver les blancs au réfrigérateur. Ajouter également l'huile, et bien mélanger. Couper les figues et les abricots en petits dés et les ajouter à la pâte ainsi que les noisettes entières. Laisser reposer 30 minutes à température ambiante.
Préchauffer le four à 145°C. Battre les 2 blancs en neige ferme et les incorporer délicatement à la pâte. Verser dans un moule à cake légèrement huilé (pas besoin si c'est un moule flexi) et cuire au moins 50 minutes; je l'ai laissé une heure et il est tout juste cuit, il ne faudrait pas moins. Démouler et laisser refroidir sur une grille. Ce cake conserve plusieurs jours dans une boîte en métal, et reste bien moelleux.

Au départ, cette recette, issue de Fondre de Plaisir (un livre dont je ne me lasse pas, je le trouve remarquablement intelligent et raffiné sans être du tout prétentieux), sert à accompagner une compotée de fruits. Je trouve ce gâteau tout aussi délicieux dégusté en grosse tranche au petit-déjeuner, avec une bonne tasse de thé fumant.

********************************

Et puis, avec tout ça, (vous avez été un peu secouée ces derniers jours, et votre dernier billet date d'avant Noël - et d'ailleurs, vous avez cavalièrement laissé passer les traditionnels voeux et souhaits de circonstance), vous vous rendez compte que vous avez laissé passer une date un peu spéciale... et que, voilà aujourd'hui un an et 6 jours, le 11 janvier 2007 exactement, De bouche à oreille pointait le bout de son nez... Une aventure dont vous ne soupçonniez pas l'ampleur et qui a pris, dans votre petite vie, des proportions parfois impressionnantes; et qui, surtout, a été la source de découvertes, de rencontres et d'échanges dépassant de loin le cadre culinaire. Vous avez envie de remercier très sincèrement toutes celles et tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à rendre si riche cette première année. Et vous espérez que le voyage ne fait que commencer!