mousse_choc31

L'année passée on a repéré chez moi une intolérance au lait,au gluten et à la banane. On m'a dès lors fortement déconseillé de consommer tous les aliments qui en contenaient. Sur le moment, j'ai été plutôt refroidie: adieu fromage, beurre, farine et blé... Il y a bien sûr moyen de trouver dans le commerce des aliments de substitution, mais ils sont en général horriblement chers et bourrés d'additifs pour tenter (sans succès) d'imiter la texture et le goût du produit original. Tout ça n'est pas très tentant! Mon optimisme naturel a eu vite fait de reprendre le dessus: pas question de se lamenter ni de se laisser abattre par un pépin somme toute pas si terrible que ça. Aussitôt pensé, aussitôt fait: j'ai décidé de positiver et de voir ça comme l'occasion de me lancer à la découverte des farines de châtaigne, riz, sarrasin ou pois chiches, des laits végétaux, des purées d'amande ou de noix de cajou. J'ai apprivoisé l'amaranthe, la quinoa et le tofu soyeux. J'ai glané des idées chez Papilles et Pupilles, Clea, Valérie Cupillard ou La Belle au Blé Dormant, auxquelles j'adresse par la même occasion un immense merci. J'ai repéré, dans mes classiques, quelles recettes étaient "naturellement sans", et lesquelles je devais adapter. Et j'ai peu à peu appris à cuisiner "sans", remplie d'étonnement, puis d'émerveillement au fil de mon exploration de cet univers passionnant. Loin d'être rébarbatif ou monotone, ce mode alimentaire s'est révélé varié et savoureux. Et puis,lors du dernier contrôle, voilà qu'il s'avère que je peux redevenir une omnivore standard. Ma foi, c'est trop tard: c'est que j'y ai pris goût, moi, à ces recettes alternatives! Je ne suis pas du tout disposée à faire une croix sur ce nouveau volet de la gastronomie, que je commence à peine à apprivoiser. Il faut cependant avouer que c'est plus pratique quand on est invité au restaurant:

- Pardon Monsieur, vous pourriez me dire si il y a du lait ou du gluten dans la sauce de la salade du jour?
- Euh... du gluten... hem hem...
- Oui, vous savez, c'est une protéine qu'on trouve dans le blé, l'orge, le seigle, l'avoine et tous leurs dérivés...
- Ah, oui... eh bien, je ne suis pas sûr... Vous voulez que j'aille demander en cuisine?
- Non, laissez, si vous pouviez simplement me mettre la sauce à part... Et le poisson, il est cuit au beurre où à l'huile d'olive?
- Je vais me renseigner, vous permettez?
- D'accord, je veux bien. Parce que si c'est au beurre alors je prendrai le risotto aux champignons, mais sans crème si possible... Si ça ne va pas non plus, je vais prendre juste la salade, en plat, et donc la sauce séparée...

Et ainsi de suite.

Pour résumer, il m'est resté de ce problème passager une curiosité accrue pour les aliments sortant de l'ordinaire, une tendance bien plus marquée qu'auparavant à varier mes ingrédients, et toute une série de recettes que je continue à confectionner et que je me ferai un plaisir de partager avec vous de temps à autre. Sans compter que je suis maintenant incollable en ce qui concerne les noms et abréviations figurant sur les étiquettes: le gluten et le lait se faufilent partout, il faut les traquer très attentivement si on veut les éliminer complètement de son alimentation.

mousse_choc41

La mousse au chocolat que voici appartient à la catégorie des "naturellement sans". C'est la recette de ma maman, que j'ai adoptée sans la changer tellement elle me plaît. Difficile de faire plus simple: 2 ingrédients, 10 minutes de préparation et quelques heures de patience... Sans beurre, sans crème, et sans sucre ajouté. Qui dit mieux? On obtient une mousse qui a une vraie consistance de mousse, pas trop molle, ni trop sucrée. Que du bonheur! J'utilise en général du chocolat à haute teneur en cacao pour un goût bien corsé, mais on peut bien entendu choisir un chocolat plus sucré selon le goût. Pour obtenir une mousse plus compacte, il suffit d'augmenter un peu la proportion de chocolat, et vice-versa évidemment.

Ingrédients: par personne, il vous faudra:

1 oeuf
25 g de chocolat (attention, il faut être vigilant, certains chocolats noirs contiennent du lait)

Préparation:

Faire fondre le chocolat au bain-marie. Hors du feu, ajouter les jaunes d'oeufs et mélanger rapidement. Battre les blancs en neige ferme avec une pincée de sel et les ajouter délicatement au mélange précédent, en soulevant, jusqu'à obtenir une préparation homogène. Répartir dans des ramequins et laisser prendre quelques heures au frigo avant de déguster.

mousse_choc62

Vous en prendrez bien une petite cuillèrée?